Le matériel utilisé

Après quelques essais avec arduino, j’ai trouvé sur aliexpress des modules 8 relais (avec optocoupleurs) connus de tous qui vont me servir pour piloter les lampes (entre autres). J’ai d’abord acheté des relais statiques, puis des thyristors, puis des mosfet, pour finalement choisir des relais mécaniques qui ont l’avantage de commuter ce que je veux (220V, 12V) on verra si je mets des lampes dimmables par la suite, et en plus ils font « clic », c’est bien pratique pour suivre depuis mon écran s’il se passe quelque chose…

Le plafond maintenant (mai 2020) (photo)

Chaque spot a sa propre alimentation, un câble souple 2×0,75mm², blanc pour pouvoir écrire sa destination dessus, capable de supporter 1600W, ça devrait suffire pour un spot led de 3W. Ce type de câble est souple et peut être raccordé facilement sur un bornier, histoire de ne pas toucher aux modules relais, pas forcement très solides.

L’installation est provisoire et verticale , tout ça ira dans les boîtiers nedap. On voit les deux alimentations 5V/12A, une pour le PI (non utilisée car j’avais l’éclair, alors j’ai acheté une alim USB-C dédiée), une pour le reste. Le pi est sur onduleur, le reste non.

Au départ, j’avais prévu la connexion des 49 lampes, pardon des 49 relais sur un arduino due (mega), puisqu’il avait assez de sorties, puis j’ai découvert le 4051, puis les modules I²C 23017, je comptais les piloter via le RPI, mais pour le moment j’en suis à les interfacer via ESP12, j’ai fait une maquette, mais pour le moment, je n’ai pas encore compris comment adresser les sorties, via esp easy (ou pas), ou node red (node 23017, un cable est en cours de fabrication pour les avoir à côté de l’écran de la console système), (donc via le RPI) rien n’est définitif.

La maquette un esp12E, 3 bar graph de10 leds, 1 bouton, 2 sondes dallas, un module i²c 23017.

Sur cette maquette, j’ai réussi à faire fonctionner

Une led avec la commande de espEasy (R120),
L’envoi de données vers MQTT, (pas la lecture),
la lecture des sondes Dallas 18ds20 avec ou sans support vers MQTT.
un bouton poussoir qui allume ou éteint l’arbre via node red et MQTT.
Le module 23017 est connecté, mais pas encore opérationnel.

Entre temps, beaucoup de , modifications ont été faites sur la partie lumières de node red :
allumage on extinction des colonnes (car 8 colonnes, donc 8 GPIO) via messagerie mail, aucune ouverture sur le monde extérieur, piratage plus difficile. Acquisition des températures de trois lieux, (salon, extérieur, cellier (appelé morgue car frais) avec graphiques et déclenchement du sol chauffant (non connecté car non fiabilisé), graphique d’évolution desdites températures.
Puis la semaine dernière, dissociation de la liaison physique dans node red entre les switches, et les gpio en passant par MQTT.

Le serveur MQTT

Il était hors de question d’utiliser un serveur externe, pour plusieurs raisons
1. Je n’ai aucune envie que qui que ce soit sache quand j’allume la lumière, ou quand le chauffage se met en marche, ou quoi que ce soit d’autre sur ma vie privée (occupation de la maison, etc)
2. Le jour où le serveur s’arrête ou devient payant, c’est la misère.
3. L’installer sur le PI de gestion rend vulnérable l’ensemble du système, on est dans le noir en cas de reboot), je suis en phase expérimentale, il migrera sur un autre PI quand on pourra (comprenez : quand je saurai le faire) y mettre un disque dur (SSD ou M2, j’en ai plein). Il est donc installé sur un PC portable non utilisé, sous Ubuntu 20.4, j’ai choisi Mosquitto, j’ai un moniteur qui s’appelle « MQTT Explorer » qui est affiché sur le portable à côté de moi (ils pourrait être ailleurs), qui me donne en direct la valeur des variables et permet d’envoyer des données.
Le portable peut paraître luxueux, (c’est un core I5 dell E6410, 128 SSD ET 8Go de ram, mais je ne l’utilisais pas, et un pc portable a de multiples avantages, tout est intégré : clavier, souris, touchpad, écran, alimentation permanente, wifi, ports USB si besoin, et c’est pas encombrant. En plus c’est un PC pro donc fiable. Le seul défaut, c’est la consommation, on est en phase de test. Il y a branché dessus un esp pour tests.

Je pense que je garderai le principe d’une UC (Rpi, ESP, PC ou autre) pour chaque fonction.
Le monitoring
les temp « salon, ext et morgue », l’etat des lumières, viennent du pi et node red, « arbre » vient aussi de l’esp 12 avec son bouton, « températures 1 et 2 » de la maquette aussi, « hello word » de l’esp branché en USB sur le portable, il pourrait être ailleurs…

Côté boîtiers, j’ai ceux-ci (récup), ils sont propres.

A suivre, plus de détails sur demande et à venir… je dois aussi apprendre à publier..