L’eau chaude sanitaire

But : Le but de cette réalisation est d’arriver à éteindre ma chaudière le plus longtemps possible.

Depuis plusieurs hivers et étés, je trépigne en voyant tout ce beau soleil perdu pendant que ma chaudière à gaz distribue joyeusement de l’oxyde de carbone à qui n’en veut et mes quelques sous à GDF. Alors je prends enfin les choses en main pour que cela cesse!

Étapes

Recherche du matériel et choix des solutions.

Je me suis fixé un budget de départ, la fibre écologique ne doit pas me faire oublier l’état de mes finances. Après bien des recherches, j’en suis arrivé aux conclusions suivantes :

  • Le coût d’une telle installation avoisine les 5000 euros, mon budget est de 1000 euros tout compris (oui, je sais, c’est peu),
  • Les aides pour l’installation imposent des matériels bien précis et de passer par un installateur agréé,
  • Le prix d’achat des différents éléments reste trop élevé,
  • J’ai déjà fait une telle installation ce ce type avec des éléments achetés, je sais souder et j’aime bricoler,

J’ai trouvé sur le net des gens qui ont expliqué en détails comment ils ont réalisé leur propre installation pour trois fois rien, et ça correspond exactement à ce que j’avais comme idées, (donc, c’est possible),

Je vais donc fabriquer le plus de choses possible, sur la base de matériaux de récupération, en essayant d’avoir un rendement pas trop mauvais, en tâchant d’éviter les erreurs grossières, principalement les capteurs et le ballon, aussi appelé préparateur d’eau chaude.

Les capteurs

Il existe plusieurs types de capteurs pour chauffer de l’eau, mais pour le bricoleur autoconstructeur, seuls les capteurs plans à circulation d’eau (ou d’air) sont accessibles, je vais donc fabriquer des capteurs plans simples.

Jusqu’à présent, j’envisageais de tout fabriquer, puis j’ai pu récupérer les anciens capteurs de mes parents en aout 2009, donc c’est avec eux que j’envisage la suite. Je dois remplacer la chaudière depuis fort longtemps et ça va être l’occasion de la prendre à condensation, pour alimenter des planchers chauffants, avec complément solaire.

Longtemps j’ai cherché avec quoi je pourrais réaliser le caisson de mes capteurs. Il fallait que ce soit vitré, étanche, résistant aux intempéries, que les dimensions soient compatibles avec l’utilisation, de préférence pas trop lourd (manutention, installation, supports), et surtout pas cher, voire gratuit. Au début de mes recherches, je n’avais aucun élément ni vitres, ni absorbeurs, ni rien en fait. Tout était donc possible. J’avais un moment pensé utiliser des panneaux de publicité du genre de ceux qui « décorent » les quais de nos gares et autres abribus, parfaits car de surface raisonnable, étanches, avec un ouvrant vitré, en verre sécurit., mais où les trouver? et surtout ils sont très lourds. Par contre, pour poser sur le sol, si on peut en récupérer déclassés auprès des compagnies de publicité, il ne faut pas hésiter. Puis, j’ai eu l’occasion de récupérer des cloisons amovibles de bureau qui sont des profilés alu, des vitrages , avec tout ce qu’il faut pour les assembler. Je vais donc les utiliser pour fabriquer mes caissons.

Les vitres font 6 mm et 125 sur 115 cm environ, je peux les recouper à la demande. Si la surface est trop grande, je peux facilement les adapter à la taille des absorbeurs, ou à l’emplacement choisi, ou encore placer un support au centre pour diminuer les contraintes. Les profilés font 7 cm d’épaisseur, suffisant pour placer la vitre et l’absorbeur, l’isolation du dessous sera à l’extérieur (photo à venir).

Le caisson

La surface captante ou absorbeur

Là aussi, plusieurs techniques sont utilisées, dont quelques unes à la portée de l’autoconstructeur.

circuit en cuivre soudé sur une plaque en cuivre aussi,

réseau en cuivre un gros tube en haut et en bas et des petits entre les eux sur plaque de cuivre,

un radiateur de chauffage central en tôle, le plus plat possible pour éviter les effets d’inertie thermique, neuf ou de récupération, par exemple chez un ferrailleur pour le poids de l’acier (env. 0,5€ le kilo).

Mon choix s’est porté sur la solution 3, les radiateurs tôle, pour une question de coût ( je les achèterai seulement si je ne les trouve pas ailleurs), de poids et de mise en œuvre. Ils seront bien sûr peints en noir mat. Les supports sont livrés avec (neuf) ou facile à faire et le raccordement hydraulique est très simple. Toutes les solutions autoconstruites à capteurs plans que j’ai trouvées sur le net sont faites comme cela .

L’isolation du caisson

A suivre…

La régulation

La régulation peut être réalisée de plusieurs manières, il faut un système qui demande au circulateur du circuit primaire des capteurs de fonctionner si les capteurs sont plus chauds que le ballon, et qui l’arrête dès que la température des capteurs est égale à celle du ballon. Il existe pour cela soit des comparateurs différentiels séparés, il ne fera que ça , ou alors un automate programmable qui gèrera la totalité de l’installation, voir la partie commande .

Le différentiel est assez simple à réaliser soi-même, il peut être acheté ou récupéré. Pour ma part, j’utiliserai un automate Crouzet Millenium II Plus (acheté sur le forum apper solaire pour 200€).

L’installation des capteurs

A faire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *